Proxiges : focus sur les réalités de la gestion immobilière en 2019

Proxiges

Si l’immobilier se porte généralement bien en Europe et notamment en France, le marché connaît de temps à autre de brusques fluctuations. D’une part, les réformes adoptées par l’État impactent directement les échanges. D’autre part, les comportements des acteurs peuvent changer sous l’effet de nombreux facteurs. En tant qu’enseigne spécialisée dans le domaine, Proxiges est consciente de tous ces enjeux. En 2019, les professionnels sont confrontés à diverses situations que ce soit dans l’administration des syndicats de copropriété, la gestion locative ou encore celle liée aux transactions classiques. L’entreprise a donc décidé de revoir ses approches.

Locatif : ce qui change avec le prélèvement à la source

L’année 2018 a été marquée par le lancement du système de prélèvement à la source. Et comme prévu, le nouveau régime est effectif depuis le 1er janvier 2019. Dans le secteur de l’immobilier, les effets de ce dispositif se sont tout de suite fait ressentir. Les revenus fonciers étant soumis à un prélèvement direct, les propriétaires bailleurs sont assez préoccupés par l’état de leur trésorerie. Afin de les accompagner dans cette transition, Proxiges a décidé de renforcer sa stratégie quant à la sécurisation des revenus fonciers de ses clients.

La première étape de cette approche consiste à expliquer la façon dont les acomptes sont calculés. Il faut savoir que les prélèvements, pour la période qui va de janvier à août, sont estimés sur la base des revenus nets fonciers de 2017. Tandis que pour la période septembre 2019-août 2020, ils seront calculés sur les résultats de 2018 (déclarés en 2019). En outre, concernant les travaux, le mode de calcul se base sur la moyenne des travaux réalisés en 2018 et de ceux effectués en 2019. Cette dernière information est importante, car elle peut impacter les stratégies de préservation, de valorisation et d’optimisation du patrimoine des propriétaires.

Les conflits pour les charges de copropriété impayées s’intensifient

Certaines sources affirment que l’enseigne Proxiges éprouve des difficultés avec ses projets de gestion des syndicats de copropriété. Cependant, en prenant du recul, on peut facilement constater que le problème est global. Les conflits liés à la gestion des copropriétés, notamment pour les charges impayées, se sont intensifiés ces dernières années.

Le nombre de procédures liées à ces litiges a pratiquement doublé en 10 ans. Selon les statistiques, le seuil des 28 000 contentieux par an a été dépassé l’an passé. La situation peut s’expliquer, d’une certaine manière, par la forte augmentation des charges de copropriété. Face à ce contexte, Proxiges entend revoir sa politique pour une meilleure maîtrise des charges et une transparence totale dans la gestion des copropriétés.

Vente : l’ancien séduit mieux que le neuf

Alors que les ventes dans l’ancien ont augmenté de 3,2 % en 2018, celles dans le neuf ont chuté de 10.5 %. La tendance s’est poursuivie durant le premier trimestre de l’année 2019. Ce déséquilibre impacte considérablement les comportements des vendeurs et des acheteurs. Chez Proxiges, les professionnels ont rapidement réagi en adaptant leur stratégie de commercialisation de biens à la situation du marché.